Mairie de Molières-Cavaillac Site officiel de la commune

Commémoration de l'armistice de 1918 place du Monument vendredi 11novembre à 11h

4 novembre 2022

Extrait de serviceupublic.fr

Que commémore-t-on le 11 novembre ?      

La commémoration de la signature de l’armistice de 1918  au lendemain de la 1ère Guerre Mondiale.

Que s'est-il passé durant la journée du 11 novembre 1918 ?

Début novembre 1918, le chancelier allemand, Max de Bade, demande la suspension des hostilités et annonce l'envoi de plénipotentiaires allemands pour négocier. La délégation allemande est reçue en forêt de Compiègne près de Rethondes, le 8 novembre. Dans le wagon-bureau du maréchal Foch, les conditions de l'armistice sont présentées.

Le lendemain, en Allemagne, l'empereur Guillaume II abdique et se réfugie au Pays-Bas. La République est proclamée en Allemagne et le nouveau gouvernement accepte les conditions d'armistice.

Le 11 novembre à 5h45 du matin, l'armistice est signé dans les conditions demandées. Les hostilitéssont suspendues le même jour à 11 heures.

Un armistice est une suspension provisoire des combats dans le but de négocier une fin des hostilités. Celui signé le 11 novembre est d'une durée de 36 jours et il est reconduit à plusieurs reprises. Ce n'est qu'au moment de la signature des traités de paix à Versailles, le 28 juin 1919, que la sortie de guerre est actée.

Evénements

Aucun événement n'a été trouvé

Aucun événement n'a été trouvé

Actualités

Abandon simplifié d’armes dans le département du Gard

Du vendredi 25 novembre au vendredi 2 décembre 2022 à la Gendarmerie du Vigan

1 décembre 2022

Abandon simplifié d’armes dans le département du Gard

COMMUNIQUÉ DE PRESSE OPÉRATION NATIONALE D’ABANDON SIMPLIFIÉ D’ARMES À L’ÉTAT DANS LE GARD Du vendredi 25 novembre au vendredi 2 décembre 2022 à la Gendarmerie du Vigan   Du 25 novembre au 2 décembre 2022, le ministère de l’Intérieur et des Outre-mer organise une opération d’abandon simplifié d’armes à l’État, pilotée par le Service central des armes et explosifs (SCAE). Si la France compte près de 5 millions de détenteurs légaux d’armes, on estime qu’au moins 2 millions de nos concitoyens détiendraient sans titre des armes, principalement de chasse ou issues des Première et Seconde Guerres mondiales. La plupart de ces...